Laboratoire de Mathématiques de Besançon - UMR 6623 CNRS
UFC
CNRS


Accueil > Agenda scientifique

Les événements de mars 2017

Séminaire

  • Équations aux Dérivées Partielles

    • Jeudi 9 mars 15:00-16:30 - Alexandre Boritchev - Université de Lyon I

      Séminaires Equations aux Dérivées Partielles

      Résumé : Turbulence et estimations précises pour l’équation de Burgers en 1d, en multi-d et pour une dissipation fractionnaire

      Lieu : 316B

      Article

  • Probabilités et statistique

    • Lundi 13 mars 10:00-11:00 - Aline Moufleh - LMB, Université de Franche-Comté

      Séminaire PS : Détection de la tendance en extrême héteroscédastique

      Résumé : La théorie des valeurs extrêmes univariée classique étudie la queue de la distribution d’une série d’observations indépendamment et identiquement distribuées. Dans notre travail, on s’intéresse au cas où les observations sont indépendantes mais non identiquement distribuées. Cette variation dans la distribution est quantifiée en utilisant une fonction dite ‘’Skedasis function’’ qui représente la fréquence des extrêmes. On présentera plusieurs modèles paramétriques de cette fonction (log-linéaire, linéaire, log-linéaire discret) ainsi que les résultats de consistance et de normalité asymptotique du paramètre représentant la tendance. Enfin, on vérifiera les résultats par une simulation.

      Lieu : Salle 316 - LMB

      Article

    • Lundi 13 mars 11:00-12:00 - Pascal Moyal - Laboratoire de Mathématiques Appliquées de Compiègne

      Séminaire PS : Stabilité du modèle d’appariement aléatoire général

      Résumé : Nous considérons un modèle d’appariement d’entités générées aléatoirement, pour lequel les paires possibles sont fixées par un graphe de compatibilité.
      Ce modèle généralise celui d’appariement biparti de Kaldentey, Kaplan et Weiss à un graphe non-nécessairement biparti.
      La stabilité du système est étudiée suivant les propriétés topologiques du graphes d’appariement. Nous proposons une classe de graphes pour lesquels
      la zone de stabilité ne dépend pas de la politique d’appariement choisie (i.e. l’ordre de priorité en cas de choix multiple), et une réciproque partielle.
      En outre, nous montrons sous certaines conditions l’existence d’une forme produit particulière pour sa représentation Markovienne.
      Des connexions de ces résultats avec la théorie classique d’appariement dans les graphes (et dans les grands graphes aléatoires) seront aussi proposées.
      (travaux joints avec Jean Mairesse, Ana Busic et Ohad Perry).

      Lieu : Salle 316 - LMB

      Article

    • Mercredi 15 mars 10:00-11:00 - Subrata Chakraborty - Dibrugarh University, India

      Séminaire PS : A New Generalization of Geometric Distribution : its Properties and Applications

      Lieu : Salle 316 - LMB

      Article

    • Lundi 20 mars 11:00-12:00 - Lise Bellanger - Laboratoire de Mathématiques Jean Leray

      Séminaire PS : Exploration Statistique en santé : Un test d’association génétique pour la détection de regroupements de variants rares liés à une pathologie

      Résumé : Dans cette présentation, je commencerai par dresser un panorama des problématiques sur lesquelles je travaille dans les domaines de l’environnement & l’écologie, la santé et l’archéologie. Puis, je présenterai mes travaux en cours dans le domaine de la santé et leurs perspectives.
      Les études d’association génétiques de type cas-témoins visent à tester l’association entre un (des) variant(s) génétique(s) et une maladie donnée. Les études d’association génome-entier ont permis l’identification de nombreux variants fréquents impliqués dans des pathologies complexes. Cependant ceux-ci n’expliquent qu’une faible part de l’héritabilité des maladies. Il est depuis peu possible, grâce au développement des technologies de séquençage de nouvelle génération, d’étudier les variants rares susceptibles de présenter des effets plus forts que ceux détecter à partir des variants fréquents. C’est pourquoi ce domaine de recherche est en plein essor. Les tests statistiques adaptés aux variants rares présentent de nouveaux défis par rapport à ceux construits pour l’analyse des variantes fréquents, car les variants rares doivent être testés par groupes pour conserver une bonne puissance. De nombreux tests d’association ont déjà été développés ; mais aucun n’est uniformément plus puissant. De plus, peu d’entre eux intègrent l’information sur les positions génétiques. Or il a été montré que des mutations peuvent êtres concentrées dans des domaines fonctionnels des gènes. Le test par permutations développé, DoEstRare, permet d’explorer et d’identifier des regroupements de mutations rares pathogènes sur un gène donné. Il compare à la fois la densité des mutations et la fréquence moyenne des mutations entre les cas et les témoins. Une comparaison avec les tests existants, par simulations et sur des données réelles, a été menée pour s’assurer des bonnes propriétés du test construit. Ces travaux sont le fruit d’une collaboration avec différents organismes dont l’institut du thorax (Inserm UMR 1087 / CNRS UMR 6291, CHU de Nantes) au travers le projet région VACARME et la thèse d’Elodie Persyn que je co-encadre.

      Lieu : Salle 316 - LMB

      Article

    • Lundi 27 mars 11:00-12:00 - Hacène DJELLOUT - Laboratoire de Mathématiques, Université Blaise Pascal - Clermont II

      Séminaire PS : Estimation of the realized (co-)volatility vector : Large deviations approach

      Résumé : Realized statistics based on high frequency returns have become very popular in financial economics.In recent years, different non-parametric estimators of the variation of a log-price process have appeared. Among them are the realized quadratic (co-)variation which is perhaps the most well known example, providing a consistent estimator of the integrated (co-)volatility when the logarithmic price process is
      continuous. In this paper, we propose to study the large deviation properties of realized (co-)volatility. Our main motivation is to improve upon the existing limit theorems such as the weak law of large numbers or the central limit theorem which have been proved in different contexts. Our large deviations results can be used to evaluate and approximate tail probabilities of realized (co-)volatility. As an application we provide
      the large deviations for the standard dependence measures between the two
      assets returns such as the realized regression coefficients or the realized correlation. Our study should contribute to the recent trend of research on the (co-)variance estimation problems, which are quite often discussed in high-frequency financial data
      analysis.

      Lieu : Salle 316 - LMB

      Article

  • Doctorant

    • Vendredi 3 mars 11:00-12:00 - Victoria Cantoral-Farfan - Paris 7

      Séminaires doctorant : Borne sur la torsion des variétés abéliennes et conjecture de Mumford-Tate

      Résumé :
      Le théorème de Mordell-Weil affirme que pour toute variété abélienne $A$ définie sur un corps de nombres $K$ le groupe des points $K$-rationnels est de type fini, \emphi.e. $A(K)=A(K)_tors\times \mathbbZ^r$ , où $A(K)_tors$ correspond au sous-groupe fini des points de torsion définis sur $K$.
      C’est naturel de se demander si on peut obtenir une borne uniforme pour $|A(L)_tors|$ , dépendant uniquement du degré $[L:K]$, lorsque la variété abélienne $A$ varie. Cette question est connue comme la conjecture de la borne uniforme. Ou bien, on peut aussi se demander si on peut obtenir une borne de $|A(L)_tors|$ qui dépend uniquement du degré $[L:K]$ lorsque l’extension $L/K$ varie et la variété abélienne $A$ est fixée.
      L’objectif de cet exposé, sera de vous présenter des nouveaux résultats dans cette deuxième direction. On se concentrera sur la classe de variétés abéliennes de type III pleinement de type Lefschetz (\emphi.e. telle que son groupe de Mumford-Tate soit le groupe des similitudes orthogonales qui commute avec les endomorphismes et telle qu’elle vérifie la conjecture de Mumford-Tate). Bien évidement on donnera un bref historique concernant cette dernière conjecture dans le cas des variétés abéliennes.

      Lieu : 324-2B

      Article

  • Algèbre et Théorie des Nombres

    • Jeudi 9 mars 14:00-16:00 - Filippo Nuccio - Saint-Étienne

      Quotients de nombres de classes dans les extensions diédrales et pro-diédrales de Q

      Résumé : Depuis les premiers travaux de Dirichlet sur les extensions biquadratiques de Q, on sait que certains propriétés des représentations entières du groupe de Galois d’une extensions L/Q se reflètent dans des relations entre les nombres de classes des sous-corps de L. Cela a été généralisé par Brauer et Kuroda, qui ont montré dans les années ’50 comment traduire les propriétés en question en termes analytiques, puis en valeurs numériques qui représentent les nombres de classes : et ceci pour une vaste famille de groupes de Galois, mais au prix d’obtenir des relations peu explicites et faisant intervenir des indices d’unités peu maniables. Suite à leurs travaux, on a cherché à rendre les relations qu’ils trouvaient de plus en plus explicites, au moins dans des cas particuliers et on a atteint des résultats plutôt satisfaisants pour les extensions diédrales L/Q d’ordre 2p, avec p premier impair.
      Dans ce travail en commun avec Luca Caputo on généralise les dits résultats aux extensions diédrales d’ordre 2p^n, en simplifiant les preuves, en les rendant purement algébriques tout en se débarrassant des indices d’unités, et on les applique à l’étude de la croissance des nombres des classes dans des extensions pro-dihédrales.

      Lieu : 324-2B

      Article

    • Jeudi 16 mars 14:00-16:00 - Elisa Lorenzo García - Université Rennes 1

      Sur les premiers à mauvaise réduction des courbes de genre 3 avec CM

      Lieu : 324-2B

      Notes de dernières minutes : Avec la méthode de la multiplication complexe on peut produire des courbes sur des corps finis avec un nombre de points donnés. Un point clé est de contrôler les dénominateurs dans les polynômes de classes pour les calculer par évaluation numérique. Pour les courbes de genre 1, les dénominateurs sont triviaux. Pour le cas de genre 2, ils sont calculés par Lauter et Viray : on doit calculer les premiers de mauvaise réduction de certaines courbes de genre 2 avec CM. Pour le cas de genre 3, la situation est beaucoup plus difficile. La première étape est de contrôler les premiers de mauvaise réduction pour les courbes de genre 3 avec CM. Dans cet exposé on montrera comment le faire en suivant des travaux en collaboration : Bouw et al. 2015, et Kilicer et al. 2017.

      Article

    • Jeudi 30 mars 14:00-15:00 - Michel Broué - Université Paris 7

      Système de racines cyclotomiques

      Résumé : (travail en commun avec Ruth Corran et Jean Michel) Pour chaque groupe de réflexions complexe irréductible, pas nécessairement défini sur Q (ce serait alors un groupe de Weyl) mais défini sur une extension abélienne K de Q d’anneau des entiers Z_K, nous définissons et classifions les Z_K-systèmes de racines, ainsi que les réseaux de racines et de coracines. Apparait alors un fait surprenant : si le groupe de réflexions est "spetsial", l’ordre du groupe est divisible par la factorielle du rang multiplié par l’indice de connexion, et le reste est constitué des mauvais nombres premiers pour le "Spets" correspondant --- exactement comme pour le cas des groupes de Weyl et de leurs groupes réductifs finis.

      Lieu : 324-2B

      Article

  • Analyse Fonctionnelle

    • Mardi 7 mars 13:45-15:00 - Runlian Xia - Besançon

      TBA

      Article

    • Mardi 14 mars 13:45-15:00 - Robert Yuncken - Université de Clermont-Ferrand

      TBA

      Article

    • Mardi 21 mars 13:45-15:00 - Malte Gerhold - University of Greifswald

      TBA

      Article

    • Mardi 28 mars 13:45-15:00 - Leonard Cadilhac - Université de Caen

      TBA

      Article

  • interdisciplinarité

    • Jeudi 16 mars 10:00-11:00 - Alain Groslambert et Frédéric Grappe - UBCF, Laboratoire C3S EA 4660

      Actions interdisciplinaires

      Résumé : Culture, sport, santé, société

      Lieu : 309B

      Article

Colloque / Journée

  • Colloquium

    • Jeudi 9 mars 16:40-18:00 -

      Colloquium : Szymon DOLECKI

      Lieu : Amphi A, UFR ST

      Article

  • Colloquium

    • Jeudi 30 mars 16:30-18:00 -

      Colloquium : Michel BROUÉ

      Lieu : Amphi A (UFR ST)

      Article

  • LMB

    • Lundi 27 mars -

      Rencontre PLM

      Lieu : LMB, salle 316B (UFR ST, Besançon)

      Article

    • Du 28 au 30 mars -

      Journées Mathrice

      Lieu : LMB, salle 316B (UFR ST, Besançon)

      Article

    • Vendredi 31 mars -

      Rencontre PLM

      Lieu : LMB, salle 316B (UFR ST, Besançon)

      Article

Réunion

  • LMB

    • Jeudi 2 mars 16:30-18:00 -

      Réunion du LMB

      Lieu : Salle 316B

      Article

Ajouter un événement